Laurier rose

Stacks Image 760
Habitat et fréquence
Sans doute originaire du Proche-Orient, il est très apprécié comme plante ornementale. Autrefois on le trouvait sur les berges rocailleuses des cours d'eau. A l'état sauvage, on le trouve en France dans le Var, les Alpes-Maritimes et la Corse. Aujourd'hui, il s'acclimate aussi à la sécheresse du midi et sert de plante ornementale.
Stacks Image 761
Caractéristiques générales de la plante, des feuilles et des fleurs
Arbuste vivace à rameaux dressés, glabres, atteignant 2 à 3 m. Ses feuilles sont opposées ou verticillées par trois, longuement lancéolées (8-14x1,5-2,5cm), glabres, persistantes et relativement coriaces. Elles présentent une forte nervure centrale, de nombreuses nervures secondaires pennées, serrées et un court pétiole. Les fleurs odorantes à calice persistant sont groupées en corymbes terminaux, à corolles infundibuliformes (en soucoupe = cinq pétales soudés à la base, s'évasant au sommet et ornés d'un appendice à 3-4 dents courtes) de couleur rose, blanche, rouge, jaune ou saumon (race ornementale).
Les fleurs peuvent être simples ou doubles et s'épanouissent de juin à septembre.
Stacks Image 762
Forme et maturation du fruit
Le fruit comporte 2 follicules presque cylindriques, allongés (8-16x0,5-1,5cm), soudés jusqu'au début de la déhiscence. Il contient de nombreuses petites graines velues, munies d'une aigrette sessile qui en facilite la diffusion.
Stacks Image 18
Toxicité
La plante est hautement toxique.
  • © Jean-Claude Hayon
  • Par Alvesgaspar [CC-BY-SA-3.0], via Wikimedia Commons
  • Par Louis Fernandez Garcia [CC-BY-SA-3.0], via Wikimedia Commons

Données pharmacologiques

  • CompositionToutes les parties de la plante sont toxiques pour l'homme et l'animal. Plante à cardénolides à tropisme cardiaque (1,5% du poids des feuilles) de saveur amère, qui en évite sa surconsommation et en limite l'absorption. L'oléandrine (=oléandroside) est l'hétéroside cardiotonique majoritaire dérivé d'un aglycone, l'oléandrigénine (=16-acétylgitoxigénine), et d'un sucre l'oléandrose (=2-désoxy-3-O-méthylrhamnose). D'autres hétérosides moins actifs sont présents : l'adynérigénine (aglycone époxydé) ou uzarigénine ( aglycone isomérisé). La teneur en hétérosides varie selon qu'il s'agisse de la plante sauvage ou ornementale.
  • SymptômesLes premiers signes sont des troubles gastro-intestinaux de type nausées, vomissements. Le plus souvent, la saveur amère limite la quantité ingérée. A dose plus forte (100g de feuilles tue un boeuf soit environ 50 mg/kg, 30 mg/kg pour un âne, 3g chez le chien, 2,5g chez le chat), elle provoque rapidement une sensation de malaise, de faiblesse et souvent de confusion mentale voire des troubles de la vision. Ensuite apparaissent des signes cardiaques : bradycardie à 30 cycles/min avec un pouls faible et irrégulier. Un bloc auriculoventriculaire peut alors se produire avec une hyperkaliémie plus ou moins marquée. Certains cas peuvent évoluer vers des convulsions, une asphyxie, accompagnée d'une fibrillation ventriculaire et une asystole entrainant la mort. L'absorption d'une dizaine de graines conduirait à "une symptomatologie sérieuse".
  • ConfusionsLa confusion est possible avec le laurier sauce. Demandez conseil à votre pharmacien.
  • Anciens usages thérapeutiquesLes usages sont restés externes (gale et teignes notamment).
    La plante était réputée vénéneuse et a été longtemps utilisée comme mort aux rats dans le midi.
  • Show More

Fiche signalétique

  • Nom(s) commun(s)Laurier rose
    Oléandre
    Nérier à feuilles de laurier
    Laurelle
  • Nom latinNerium oleander L.
  • FamilleApocynaceae
  • Toxicité
  • Show More

Le site des plantes toxiques