Sureau noir

Stacks Image 760
Habitat et fréquence
Cet arbre affectionne les sols frais, légers : les haies, les bois, les chemins, les jardins et les rives des cours d'eau.
Il est très commun dans toute la France.
Stacks Image 761
Caractéristiques générales de la plante, des feuilles et des fleurs
Cette plante est un arbre de 3-10 m à écorce verruqueuse (couverte de lenticelles) jaune-brun et à moelle blanche abondante. Les tiges, pourpre-violacées, sont ligneuses et portent les fruits. Les feuilles sont pétiolées, divisées en 5-7 folioles, elliptiques, vert foncé, aiguës, dentées. Leur froissement dégage une odeur désagréable. Dès juin-juillet, les fleurs, d'un blanc-crème à anthères jaunes et odorantes, sont groupées en fausses ombelles sous forme d'un parasol à 5 branches principales. Elles exhalent une odeur fétide. Beaucoup de variétés existent : ex S. nigra var lacinata aux folioles découpées en dentelle.
Stacks Image 762
Forme et maturation du fruit
Les fruits sont des baies globuleuses, sphériques de 3-5 mm, vertes puis noir violacé à maturité, disposées en grappes denses pendantes. Elles renferment 3 ou 4 petites graines allongées et friables. Plus rarement, une sous-espèce S. nigra var alba possède des fruits blanchâtres à vert clair à maturité.
Stacks Image 18
Toxicité
Les fruits avant maturité sont faiblement toxiques.
  • Par Frank Vincentz [CC-BY-SA-3.0], via Wikimedia Commons
  • Par JeLuF [CC-BY-SA-3.0], via Wikimedia Commons
  • Par H.Zell [CC-BY-SA-3.0], via Wikimedia Commons

Données pharmacologiques

  • CompositionDes hétérosides cyanogènes, précurseurs d'acide cyanhydrique ou cyanure d'hydrogène HCN, ont été détectés dans les feuilles (quantité allant de 3 à 17 mg d'HCN/100 g de poids frais), dans les fruits (quantité < 3 mg/100 g de fruits) et ainsi que dans les graines et la seconde écorce. L'odeur et la saveur désagréables des feuilles en limitent l'absorption. Par contre, les fruits sucrés renferment des pigments anthocyanosidiques (notamment des hétérosides du cyanidol), des flavonoïdes, de nombreux acides organiques (malique, citrique,…) et environ 0,1 ml/kg d'huiles essentielles. Dans la pharmacopée, on utilise les fleurs pour faciliter les fonctions d'élimination urinaire et digestive, voire comme adjuvant des régimes amaigrissants. Les écorces contiennent, en plus des hétérosides cyanogènes, de la nigrine b et de l'ébuline, deux protéines inactivant les ribosomes, qui ne présentent pas de toxicité.
  • SymptômesLes baies sont comestibles à maturité complète, soit noires : elles renferment un jus violet utilisé en confiture, ou comme colorant dans les sirops type «grenadine». Des symptômes digestifs sont répertoriés surtout si les fruits sont consommés immatures ou insuffisamment cuits : la toxicité de substances résinoïdes contenues dans les graines n'est inactivée que sous l'effet de la chaleur. Dès l'ingestion d'une faible quantité de fruits et en particulier chez l'enfant, des signes gastro-intestinaux apparaissent tels que diarrhées, douleurs abdominales, parfois vomissements violents.
  • ConfusionsSureau hièble, Sureau à grappe
  • Anciens usages thérapeutiquesLes graines, l'écorce (surtout celle de la racine) sont des purgatifs drastiques, diurétiques et sudorifiques qui ont été utilisés dans les hydropiques, les épilepsies, rhumatismes.
  • Show More

Fiche signalétique

  • Nom(s) commun(s)Sureau noir
    Arbre de Judas
    Grand sureau
    Haut bois
    Seuillon
    Seus
    Sus
    Suseau
    Susier
    Sulion
    Sureau commun
    Sureau suin
  • Nom latinSambuscus nigra L.
  • FamilleCaprifoliaceae
  • Toxicité
    fruits avant maturité
  • Show More

Le site des plantes toxiques